2014 : année charnière

L’année 2013 a été animée par plusieurs scandales tristement médiatiques sur la viande de cheval. Des affaires qui font figure de partie émergée de l’iceberg. Elles témoignent néanmoins d’une prise de conscience sociétale de la problématique, et de l’utile et nécessaire renforcement des contrôles. Le rapport des deux sénatrices Sylvie Goy – Chavent et Bernadette Bourzai, en juillet dernier sur la filière viande, pointe aussi les pierres d’achoppement qu’il faut surmonter : opacité des négociants et traders, circuits complexes, perte de la traçabilité, trafics, etc. Si nous pouvons regretter que la filière équine n’ait pas fait l’objet d’une attention particulière dans ce rapport, la mission sénatoriale a néanmoins pour point de départ le scandale de la viande de cheval. Il existe des écueils, il faut les franchir, en prônant par exemple un système d’identification centralisé et coordonné au niveau européen, en renforçant les inspections et les contrôles.

2014 sera une année charnière, alors que le débat sur le statut juridique de l’animal est à nouveau ouvert en France, en témoigne le collectif d’intellectuels qui s’était exprimé en novembre dernier. Plus que jamais, cette année 2014 sera l’occasion pour notre association de faire entendre la voie de la filière cheval, avec ses spécificités, celle d’un animal de compagnie, celle d’un animal de rente. Cette filière est unique et complexe. A nous d’en montrer les facettes afin d’améliorer le statut du cheval d’une façon constructive et raisonnée. La LFPC participera d’ailleurs aux discussions qui se poursuivent en Suisse, elle sera présente au congrès de Bâle en avril prochain sur le Droit de l’animal.

2014 année charnière avec la TVA qui plombe les activités équestres. Elle fait planer des doutes et des angoisses sur plusieurs structures, en témoigne un nombre croissant de chevaux que la LFPC doit prendre en charge suite à l’équilibre économique rompu de certaines structures.

2014 année charnière : notre association manque de moyens pour redresser la tête avec l’impulsion qu’elle souhaiterait pour nos équidés. Elle est aujourd’hui à une étape clef, sa professionnalisation est nécessaire afin qu’elle puisse rendre pérenne son soutien aux chevaux abandonnés ou maltraités.

Aussi, je compte sur votre engagement pour dépasser les turbulences actuelles que l’association traverse, et je vous donne rendez-vous le 29 mars prochain à l’école vétérinaire de Maisons-Alfort pour notre assemblée générale.

Je formule à votre attention et à celle des êtres qui vous sont chers mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année.

 

Richard Corde

Président de la LFPC

nadine legrum Fotolia.com  2014 : année charnière

Donnez votre avis