Dossier FORMIGNY ou « 3 ans après… »

Tout débute en avril 2012 : nous sommes contactés par la DDPP du Calvados pour un groupe d’une cinquantaine d’équidés, appartenant à deux propriétaires différents, délaissés depuis presque un an dans une ferme du département.

On nous demande de trouver un hébergement pour ces animaux dans le cadre d’une affaire qui s’achemine vers une saisie administrative. Là où toutes les associations nationales ont répondu par la négative, il nous paraît difficile de trouver rapidement une solution pour un tel nombre de chevaux.

Capture d’écran 2015 02 21 à 16.57.33 Dossier FORMIGNY ou « 3 ans après... »Or une solution est envisagée à condition de déplacer les équidés sur une distance importante.

Après bien des démarches pour organiser et financer le transport, entre autres, le départ est prévu début juillet. Cependant la décision de saisie n’est pas prise car le propriétaire ayant réagi à la mise en demeure de la DDPP de faire identifier ses animaux, il est estimé que cela « peut encore attendre ».

Fin août, on nous demande à nouveau d’intervenir car l’état des chevaux périclite. Deux de nos délégués autorisés à se rendre sur les lieux tirent la sonnette d’alarme : des juments et leur poulain sont dans un état qui n’autorisera bientôt plus leur transport !

Malgré la décision de les séparer du troupeau et de les nourrir à part et en box, deux poulains squelettiques et parasités ne survivront pas. Le départ se fait enfin début octobre, après un week-end de préparation et le parcage des lots en stabulations heureusement disponibles. Premier embarquement à 7h du matin, dernière arrivée sur site à 23h pour 48 chevaux, étalons, juments et poulains. Nous sommes un peu inquiets pour deux mascottes : la jument et sa pouliche qui étaient les plus faibles, voyageront-elles sans encombre …? Tout se passe bien, grâce à la grande compétence du transporteur.

Quelques semaines après, grâce à l’opiniâtreté de deux délégués, deux étalons sont retrouvés, « cachés » dans un pré. Ils seront transportés chez un hébergeur local.

Les chevaux reprennent doucement de l’état sauf un poulain qui ne survivra pas à une diarrhée fin décembre.

Début février 2013, un inventaire administratif est fait. L’ensemble des chevaux a récupéré un état satisfaisant hormis quelques-uns. Fin avril, 23 juments et poulains nous sont confiés définitivement, puis début juin, trois autres. En plusieurs voyages, les animaux remontent en Normandie chez une déléguée qui les accueille gracieusement et qui commence leur socialisation en vue de leur adoption par des particuliers.

Rapidement les chevaux les plus socialisables sont adoptés et partent vers leur nouvelle « famille » faisant le bonheur d’adoptants qui attendaient pour certains leur protégé depuis des mois.

En septembre, sept chevaux sont rendus à un des deux propriétaires initiaux celui-ci ayant été jugée victime de l’autre.

Capture d’écran 2015 02 21 à 17.31.24 Dossier FORMIGNY ou « 3 ans après... »Sur les 26 récupérés, 24 sont adoptés. Sur les quatre juments restant à l’adoption une a dépassé les 20 ans et les autres montrent encore des difficultés à redonner leur confiance, sans doute celles-ci ayant dues être brutalisées. Cependant, deux d’entre elles, grâce à l’amour et la patience de notre déléguée évoluent encore et nous pensons pouvoir les placer sans tarder.

Ainsi, à l’heure actuelle, le sort de 16 chevaux, majoritairement des poulains, dépendra du jugement du tribunal, dont l’audience reportée déjà à deux reprises, aura lieu fin février.

Et oui, seulement trois ans après !

Voici pour cette affaire, qui représente pour mes trois délégués, l’hébergeur, les transporteurs, notre fidèle secrétaire et j’en oublie, des heures et des jours au téléphone, devant l’ordinateur et autour des chevaux.

Mais aussi des espoirs, des doutes, des colères, beaucoup d’émotion avec une aventure humaine autour de cet animal infiniment sensible et indéfiniment passionnant …

 

Donnez votre avis